LE CORNIAUD

Le Corniaud est un film franco-italo-espagnol réalisé par Gérad Oury, sorti en 1965.

♦ Synopsis :

Alors qu'il n'a encore parcouru que quelques dizaines de mètres sur le chemin de l'Italie où il souhaitait passer ses vacances, la 2 CV d'Antoine Maréchal se disloque lorsqu'elle est percutée par la Bentley de Monsieur Saroyan, un soi-disant directeur d'une maison d'import-export. D'abord de mauvaise foi, Saroyan reconnaît ses torts et, comme dédommagement, offre à Maréchal le voyage Paris-Naples en Caravelle, puis de convoyer tous frais payés, jusqu'à Bordeaux, d'où elle sera réexpédiée à Miami, une superbe et immense Cadillac décapotable laissée là-bas par un de ses amis américains. Voilà qui promet de formidables vacances pour Maréchal. Cependant celui-ci ne se doute pas alors que Saroyan est le parrain d'un syndicat de gangsters et qui l'utilise comme « mule » pour convoyer ce « paquebot routier » bourré en fait de produits de contrebande : « Chnouff » (héroïne), pierres précieuses (dont le « You koun-koun », le plus gros diamant du monde), or, etc... Voici donc le pauvre Maréchal bientôt sur les routes d'Italie, ignorant tout de sa précieuse cargaison et ne remarquant pas que le malfaiteur le suit à distance pour veiller sur la marchandise, qui elle aussi est convoitée par une bande rivale...

♦ Fiche technique :

  • Titre : Le Corniaud
  • Réalisateur : Gérard Oury
  • Scénario : Gérard Oury
  • Adaptation : Gérard Oury, Marcel Jullian
  • Dialogue : André Tabet et Georges Tabet
  • Assistants réalisateur : Serge Vallin, Giorgio Stegani, Gérard Guérin
  • Production : Les Films Corona, Valoria Films (Paris) et Explorer Film (Rome)
  • Directeur de production : Yves Laplanche, Enzo Provenzale, Jacques Juranville et Vladimir Ivanov pour la seconde équipe
  • Chef de production : Robert Dorfmann
  • Secrétaire de production : Francesco Ciarletta, Robert Giordani
  • Musique : Georges Delerue (Editions Hortensia)
  • Photographie : Henri Decaë et Wladimir Ivanov et Alain Douarinou pour la seconde équipe
  • Montage : Albert Jurgenson, Laurence Leininger, Etiennette Muse
  • Son : Antoine Bonfanti
  • Costumes : Tanine Autré
  • Décors : Francesco Carletta et Robert Giordani
  • Script-girl : Lucile Costa
  • Générique : Jean Fouchet
  • Effets spéciaux : Pierre Durin, Michel Durin, Claude Carliez, Gil Delamare
  • Régisseur général : Jean Pieuchot, Roberto Cocco, Gaëtano Amata
  • Pellicule 35mm, couleur Eastmancolor, Franscope
  • Tirage : Laboratoire Franay - L.T.C Saint-Cloud
  • Agent de presse : Richard Balducci
  • Consultant italien : Stéfania Giani
  • Photographe de plateau : Rodrigue
  • Tournage du 31 août au 7 décembre 1964 à Rome, Naples, Carcassonne, Côte d'Azur, La villa d'Este, Pise, Toscane, Paris
  • Durée : 110 minutes
  • Date de sortie : 24 mars 1965 (France)
  • Genre : Comédie
  • Visa d'exploitation : 29466

 

♦ Distribution :

  • Bourvil : Antoine Maréchal, représentant de commerce en vacances
  • Louis de Funès : Léopold Saroyan, « directeur d'import export »
  • Venantino Venantini : Mickey, le truand bègue
  • Henri Génès : Martial, le gendarme de Carcassonne
  • Jean Droze : Un homme de Saroyan
  • Jacques Ferrière : Un homme de Saroyan
  • Beba Loncar : Ursula, l'auto-stoppeuse naturiste
  • Saro Urzì : Tagliella, le garagiste napolitain
  • Alida Chelli : Gina, la manucure
  • Lando Buzzanca : Nino, le coiffeur amoureux de Gina
  • Jack Ary : Le douanier-chef
  • Pierre Roussel : Mario Costa, le maître d'hôtel
  • Germaine de France : La vieille dame qui chante
  • Guy Grosso : Un douanier
  • Michel Modo : Un douanier
  • Jean Meyer : Un complice de Saroyan
  • Henri Virlojeux : Un complice de Saroyan
  • Jacques Eyser : Un complice de Saroyan
  • Jean-Marie Bon : Le garagiste de Rome
  • Guy Delorme : Luigi, un homme de main de Mickey
  • Yvon Jeanclaude : Un policier
  • Bob Lerick : Loulou, un homme de main de Mickey
  • Jean Minisini : Un inspecteur
  • Robert Duranton : Le « grand balèze » des douches
  • Marius Gaidon : un agent de Bordeaux
  • Michèle Morgan : apparaît dans son propre rôle, en voiture, dans une scène qui a été coupée au montage
  • Eric Wasberg : Un inspecteur
  • Louis Viret
  • Bernard Meunier
  • Nino Vingelli
  • Walter Chiari
  • Nicole Desailly : la gérante du café à Carcassonne
  • Daniela Rocca
  • Dan Vadis

♦ Commentaires :

Le Corniaud est un road movie comique, un réjouissant voyage en Italie qui conduit les protagonistes de Paris à Rome, Naples, Pise, la Côte d'Azur, la Cité de Carcassonne et Bordeaux, en passant par des sites magnifiques comme la Villa d'Este, château Saint-Ange et la Toscane. Loin des comédies « réalisées à l'économie », le film entièrement tourné en extérieur bénéficie de conditions assez exceptionnelles pour un film comique français de cette époque : un budget important, la couleur, le son direct et quinze semaines de tournage. Même si les deux acteurs principaux ont peu de scènes communes, leurs emplois sont complémentaires : Bourvil joue le corniaud, le naïf émouvant qui effectue innocemment un extraordinaire périple et joue le joli cœur, tandis que De Funès incarne la mauvaise foi « montée sur ressort » cherchant à exploiter son acolyte, un chef de bande colérique et fébrile qui voit tous ses plans malhonnêtes s'effondrer au fur et à mesure du chemin.

♦ Citations :

  • Leopold Saroyan (De Funès) vient d'anéantir la 2 CV d'Antoine Maréchal (Bourvil)

- C'est pas grave...
- C'est pas grave ! Vous en avez de bonnes ! Qu'est-ce que je vais devenir moi ?
- Eh bien... piéton !

  • Toujours à propos de sa voiture complètement détruite : (voir "Autour du film")

- Ah elle va marcher beaucoup moins bien forcément!

  • Leopold Saroyan (De Funès) au téléphone avec l'auto-stoppeuse allemande :

- Ich bin ein freund, un ami, ein freund of herr Antoine Maréchal ! He ist en danger... Verstehen sie danger ? [...] Si vous nicht interveniren, Maréchal Kaput !
- Das ist gar nicht möglich !
- Ça je ne peux pas vous dire ! Because der mann, der beau garçon, ach !! ist ein salopard, ein grosser salopard ... qui veut barboter... beg your pardon... volieren la Cadillac... Voilà, merci... (il raccroche) Non, je crois pas qu'elle a capito !

 

♦ Autour du film :

  • Après la projection des rushes des deux premières semaines de tournage, De Funès trouvant qu'il n'était pas assez présent à l'écran fera une « grève du masque» pendant près 24 heures. Oury imagine alors la célèbre scène de douche, où l'acteur compare sa musculature avec celle d'un « grand balèze », l'ex-catcheur Robert Duranton. L'idée lui est inspirée par une rencontre étonnante faite lors d'un voyage en Italie «  .. j'avais rencontré à Capri un couple étrange, lui : un homo maigrichon américain, ridaillé mais milliardaire, elle : un colossal biquet français culturiste ! L'opposition physique entre ces deux êtres dépassait les limites de la bouffonnerie».
  • L'aventure de La Grande Vadrouille commence ... sur le tournage du Corniaud où Gérard Oury raconte aux deux comédiens le scénario du film à venir.
  • La 2CV était équipée de 250 boulons électriques afin qu'elle se disloque au moment voulu. Cette scène, la dernière tournée le 7 décembre 1964, fut peut-être inspirée à Oury par sa « rencontre » cinématographique avec Bourvil sur le tournage du Miroir à deux faces. Dans ce film dramatique d'André Cayatte réalisé en 1958, Bourvil au volant de sa 2CV est percuté par Gérard Oury, acteur mais aussi co-scénariste du film, au volant d'une grosse américaine.
  • Lorsque Bourvil/Maréchal dit « elle va marcher beaucoup moins bien, forcément », juste après l'accident de la 2CV, on voit de Funès se retourner pour rire. Cette réplique n'était pas prévue et cette scène aurait difficilement été rejouable, ce qui aurait du être le cas si de Funès n'avait pas eu la présence d'esprit de se retourner avant de rire. On remarque également qu'au moment où la 2CV de Bourvil se disloque, ce dernier tire plusieurs fois sur le volant pour qu'il se décroche de son axe et ainsi assuré le gag et surtout la continuité de la scène.
  • Le scénario du Corniaud s'inspire de la mésaventure d'un présentateur de la télévision française, Jacques Angelvin, qui fut arrêté aux États-Unis en 1962 au volant d'une Buick provenant de France et dans laquelle plus de cinquante kilogrammes d'héroïne pure avait été dissimulés. Lors de son arrestation, la voiture ne contenait plus la drogue et Angelvin clama d'abord son innocence en prétendant avoir été dupé, d'une manière semblable au héros du Corniaud. Il fut pourtant prouvé que la voiture du Français avait bien servi à transporter la drogue depuis Marseille jusqu'aux États-Unis et qu'il avait touché dix mille dollars pour cela. Plaidant coupable lors de son procès, le présentateur de Paris-Club fut incarcéré pendant cinq ans. Cette arrestation est un des épisodes du démantèlement de la « French connection » qui a inspiré les films du même nom (French Connection et French Connection 2).
  • Le cachet de Bourvil pour ce film est trois fois plus important que celui octroyé à De Funès.
  • La Cadillac conduite par Bourvil est un modèle ElDorado 1964.
  • N°1 au box-office en 1965 : 11,74 millions d'entrées.
  • Lors du Festival de Cannes 1965, Oury et son producteur se voient proposer par des américains de réaliser et produire un remake avec Dean Martin et Jack Lemmon. Malgré une offre importante (« Budget doublé, salaires versés en Suisse, promesses de deux autres films dans les cinq ans. Énorme »), les français ne donneront pas suite.

♦ Distinctions :

  • Prix du meilleur scénario du Festival de Moscou 1965.

www.defunesmovies.com